Activités de Madame la Secrétaire Général Adjoint de la CEEAC en charge du Département de l’Intégration Physique, Economique et Monétaire (SGA/DIPEM) à Abidjan en Côte d’Ivoire

Les activités de Madame MFOULA Marie Thérèse Chantal, Secrétaire général de la CEEAC en charge du Département de l’Intégration Physique, Economique et Monétaire (SGA/DIPEM) se poursuivent dans la capitale ivoirienne.

Dans le cadre de sa participation à la 4ème Réunion du Bureau de la Conférence Ministérielle Africaine sur la Météorologie (AMCOMET) et au 13ème Forum des usagers de l’Organisation Européenne pour les Satellites Météorologiques (EUMETSAT) en Afrique, la SGA/DIPEM n’a ménagé aucun effort pour exposer les préoccupations de la sous-région Afrique centrale.

 

Dans la matinée du 21 septembre 2018, Madame MFOULA Marie Thérèse Chantal, a assisté à la quatrième réunion du bureau de l’ AMCOMET , aux côtés d’éminentes personnalités au rang de laquelle l’on peut citer la Commissaire de l’Union Africaine en charge du Département de l’Economie Rurale et de l’Agriculture (CUA/DREA), du Ministre Ivoirien en charge des Transports et de la Météorologie, du Secrétaire général de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), du Secrétaire Exécutif de l’AMCOMET, du Secrétaire Exécutif du CILSS et du Ministre Capverdien en charge de l’Agriculture et de l’Environnement, Président en exercice de l’AMCOMET.

 

Au cours des travaux, la SGA/DIPEM a souligné la volonté de la CEEAC de rendre opérationnel le CAPC-AC en bénéficiant des expériences déjà développées au niveau des autres centres régionaux de climatologie notamment le centre régional AGRHYMET et le centre régional de l’IGAD (ICPAC). La SGA/DIPEM  a saisi cette occasion pour solliciter l’appui des Partenaires Techniques et Financiers en vue de soutenir les efforts de la CEEAC , qui demeure la seule CER ne disposant pas d’un centre régional de référence, reconnu et répondant aux critères  d’ éligibilité exigés  par l’OMM.

 

Poursuivant ses activités,  Madame MFOULA Marie Thérèse Chantal, a eu des entretiens ce samedi 22 septembre 2018 avec  Madame SACKO Josefa, Commissaire de l’Union Africaine en charge du Département de l’Economie Rurale et de l’Agriculture (CUA/DREA). Au cours de leur entretien très fructueux, les deux personnalités ont abordé plusieurs sujets en rapport avec la poursuite de  la consolidation des acquis du PDDAA en Afrique centrale et le soutien dans la mise en œuvre des projets de résilience et d’adaptation aux changements climatiques.    

 

La SGA/DIPEM, après avoir reconnu les efforts déployés par l’Union Africaine à travers l’Agence de Planification et Coordination du NEPAD, a mis l’accent sur les difficultés de mise en œuvre de la Politique Agricole Commune de la CEEAC (PAC-CEEAC) qui s’est estompée depuis la fin de la phase opérationnelle du processus du PDDAA en Afrique centrale, en décembre 2015. A cet effet, Madame MFOULA Marie Thérèse Chantal a relevé que la sous-région Afrique centrale demeure, contrairement aux autres Communautés Economiques Régionales (CER), en retard dans la capitalisation des acquis du PDDAA malgré les résultats probants obtenus au niveau régional avec la formulation du PRIASAN et au niveau national avec l’élaboration des PNIASAN dans les Etats membres.  

Toutefois, la SGA/DIPEM a tenu à rassurer la Commissaire de la volonté politique de la sous- région pour développer ce secteur, l’un des leviers de développement et de croissance économique. Elle lui a fait part  des engagements pris par les Etats membres et les Partenaires Techniques et Financiers lors du Conseil des Ministres de la CEEAC en charge de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche et de la table ronde des bailleurs pour la mobilisation des ressources dans le cadre du PRIASAN tenus le 14 décembre 2017 à Libreville en République Gabonaise. Elle s’est facilité des initiatives prises par la Commission de l’Union Africaine pour l’Agriculture et l’Economie Rurale (CUA/DREA) visant à appuyer l’Angola et le Gabon dans l’appropriation des engagements de Malabo de juin 2014 et le soutien apporté par l’équipe du NEPAD pour la revue des PNIASAN alignés à la Déclaration de Malabo.

 

Madame MFOULA Marie Thérèse Chantal, n’a pas manqué de solliciter l’appui de la Commission de l’Union Africaine pour l’Agriculture et l’Economie Rurale (CUA/DREA) pour les autres Etats membres de la CEEAC conformément au Communiqué Final du Conseil des Ministres de la CEEAC en charge de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche tenue le 14 décembre 2017 appelant tous les Etats membres de la CEEAC à revoir leur PNIASAN pour les aligner à la Déclaration de Malabo de juin 2014 en prenant en compte la dimension genre et les changements climatiques .

 

A cet égard ,elle a tenu à rappeler les démarches déjà entreprises, par la CEEAC, auprès de la Banque Africaine de Développement (BAD) pour l’identification et la formulation du projet d’appui à l’entreprenariat jeune en milieu rural et péri-urbain d’Afrique Centrale (PREJAC) dont la finalité est de promouvoir le secteur agricole par le développement des entreprises agricoles fiables portées par les jeunes et essentiellement les femmes à travers les chaines de valeur agrosylvopastorales et halieutiques. 

 

S’agissant des questions touchant les projets de résilience et d’adaptation face aux changements climatiques, la SGA/DIPEM a sollicité l’accompagnement de la Commission de l’Union Africaine pour l’Agriculture et l’Economie Rurale (CUA/DREA) dans la mobilisation des ressources en vue de mettre en œuvre les différents projets, tout en se félicitant du partenariat sans cesse productif avec la CUA dans le cadre du Programme d’Action pour la mise en œuvre du Cadre de Sendai de Réduction des Risques de Catastrophe 2015-2030 en Afrique, de la mise en œuvre de la Stratégie Intégrée Africaine sur la Météorologie et des initiatives pour la mise en œuvre efficiente de l’Accord de Paris sur le Climat en Afrique.

 

Elle a tenu à souligner que la CEEAC demeure un des partenaires stratégiques de la Commission de l’Union Africaine en matière de mise en œuvre du Cadre de Sendai de Réduction des Risques de Catastrophe 2015-2030 en Afrique. Le Secrétariat général de la CEEAC a participé en tant que membre du Groupe de Travail Africain sur la Réduction des Risques de Catastrophes (RRC) à plusieurs réunions organisées par la CUA et celles tenues dans le cadre de la mise en place du Programme intra-ACP – Alliance Mondiale sur le Changement Climatique (GCCA +) pour la région Afrique.

 

Madame MFOULA Marie Thérèse Chantal, a salué cette coopération et remercié également la CUA pour son appui dans le processus d’opérationnalisation du Centre d’Applications et de Prévisions Climatologiques de l’Afrique Centrale (CAPC-AC).

 

Pour finir, la SGA/DIPEM a fait remarquer les efforts à entreprendre entre la CEEAC et la CUA dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le Climat. A cet effet, la CEEAC souhaite que la CUA accélère les négociations avec le Secrétariat Général des ACP et de la Commission de l’Union européenne dans le cadre de cette alliance pour la mobilisation des ressources en vue du renforcement des capacités institutionnelles et l’appui aux fonctions de coordination de la CUA et de la CEEAC pour la mise en œuvre de l'Accord de Paris sur le changement climatique et les contributions déterminées au niveau national.

 

En réponse aux préoccupations soulevées par la SGA/DIPEM, Madame SACKO Josefa, Commissaire de l’Union Africaine en charge du Département de l’Economie Rurale et de l’Agriculture (CUA/DREA) a indiqué qu’ elle avait  prêté une oreille attentive aux différentes doléances  et  qu’ elle se donnera les moyens d’y apporter sa contribution en tant que fille ressortissante de cet espace communautaire qui regorge d’énormes potentialités afin de développer le secteur agrosylvopastoral et halieutique. La Commissaire a relevé avec insistance la nécessité de capitaliser les acquis du PDDAA en Afrique centrale et s’est engagée à poursuivre les appuis apportés aux Etats membres de la CEEAC.

 

Elle a rassuré son interlocutrice qu’en plus de la République Gabonaise et de la République d’Angola, les autres pays membres de la CEEAC seront identifiés comme bénéficiaires dans le processus d’appropriation et d’alignement des PNIASAN aux engagements de Malabo de 2014. Il s’agira plus spécifiquement de la République Démocratique du Congo, de la République du Congo, de la République du Cameroun, de la République de Guinée Equatoriale et de la République du Tchad, puisque l’Institution continentale  a bénéficié des ressources financières pour ce genre d’appui. Toutefois, elle a assuré la SGA/DIPEM de sa disponibilité à faire le plaidoyer auprès des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) pour que tous les Etats membres de la CEEAC puissent être appuyés et soutenus car le PDDAA demeure le cadre de référence visant la transformation de l’agriculture au profit de la population africaine.

 

En ce qui concerne les questions de l’entreprenariat jeune et de l’autonomisation des femmes, la Commissaire a informé la SGA/DIPEM que des ressources  étaient déjà mobilisées auprès des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) notamment  auprès la Fondation Bill & Melinda Gate (BMGF) pour l’autonomisation des femmes. A cet effet, la CEEAC sera un des bénéficiaires en tant que CER de l’UA. D’autres ressources sont en cours de mobilisation pour le développement de l’agrobusiness auprès des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) en vue de joindre les efforts avec la BAD et accompagner la CEEAC dans la mise en œuvre de son programme en faveur de l’entreprenariat jeune dans les chaines de valeur agrosylvopastorales et halieutiques.

 

Abordant les questions en lien avec les projets de résilience et d’adaptation face aux changements climatiques en Afrique centrale, Madame SACKO Josefa, Commissaire de l’Union Africaine en charge du Département de l’Economie Rurale et de l’Agriculture (CUA/DREA) s’est réjouie des résultats obtenus même si des efforts restent à fournir pour opérationnaliser le CAPC AC. Elle s’engage à travers le Communiqué Final de la 4ème Réunion du Bureau de la Conférence Ministérielle Africaine sur la Météorologie (AMCOMET) à être l’interlocutrice de la CEEAC pour poursuivre les actions déjà entreprises en faveur dudit Centre et des projets en cours de formulation dans le domaine des services climatologiques et météorologiques destinés aux usagers.

 

Abordant la question de la mise en œuvre de l'Accord de Paris sur le changement climatique et les contributions déterminées au niveau national, Madame la Commissaire a informé l’assistance qu’ elle prendra part le 24 septembre 2018, à New York , à la réunion que  SEM ALI BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise et Coordonnateur du Committee of African Head of State and Governement on Climate Change (CAHOSCC)  présidera , en marge de l’Assemblée Générale de l’ Organisation des Nations Unies, à ce sujet . Il s’agira au cours de cette réunion de définir les cadres appropriés en faveur des initiatives du continent africain.

Avant de clore l’ entretien , Mme la Commissaire a tenu à rassurer la délégation  du Secrétariat Général de la CEEAC, que ne pouvant pas prendre part au Forum HYDROMET –AC prévu à Libreville du 14 au 16 novembre du fait de la proximité du Sommet extraordinaire de l’ Union Africaine prévu du 17 au 18 Novembre , elle prendra des dispositions pour se faire représenter .

 

L’audience qui  s’est déroulée dans une atmosphère de convivialité a pris fin après quarante-cinq minutes d’échanges fructueux.

 

Madame MFOULA Marie Thérèse Chantal, Secrétaire général de la CEEAC en charge du Département de l’Intégration Physique, Economique et Monétaire (SGA/DIPEM) poursuivra ses activités dans la capitale ivoirienne en prenant part à partir du 24 au 28 septembre 2018 au 13ème Forum des usagers de l’Organisation Européenne pour les Satellites Météorologiques (EUMETSAT) en Afrique.